C’est une urgence sociale, de l’alcool qui, à la différence du passé, maintenant, c’est pris avec une plus grande fréquence par les jeunes qui commencent à boire avant l’âge de 11/12 ans, et la plupart du temps de façon systématique; en d’autres termes, le risque est d’être confronté à toute une génération d’alcooliques chroniques de l’herbe.Ce fait, combiné avec l’habitude de consommer des stupéfiants, pour “casser”, au moins pendant le week-end, accentue encore plus le problème du massacre de la nuit de samedi à disque-mettre en grave danger la sécurité routière

Parmi les initiatives proposées par le Gouvernement pour tenter de résoudre la situation d’urgence, vous êtes essayé différentes méthodes, le dernier dans l’ordre des temps, le Décret du 30 juillet 2008 du Ministère du Travail, de la Santé et des Politiques Sociales, publiée dans le Journal Officiel no. 210 du 8 septembre 2008 .

Selon ce Décret, il est obligatoire pour tous les opérateurs d’activités commerciales ou de services, à l’alcool, même si l’intention que d’un côté de la mission principale, les dancings, discothèques, lieux de divertissement, etc., pour exposer d’une manière qui est facilement visible dans chaque région, à la date du 23 septembre 2008, les affiches appropriées en détail et de manière claire et explicite de manière à informer les clients sur la quantité d’alcool contenue dans chaque boisson, et les effets qu’elle détermine qui suppose, selon le sexe dont elle fait partie, et de le poids détenus par le client.

Par conséquent, de la bière à l’autoclave, à partir de la champagne à la boisson prête, toutes les boissons alcoolisées seront mentionnés et chacun d’eux sera comparé à l’effet induit chez le consommateur, l’Objectif de ce décret est de promouvoir la prise de conscience des risques d’un accident dans le cas de conduite en état d’ivresse, en plus d’informer sur les effets de la consommation de boissons alcoolisées. La difficulté pour le propriétaire des lieux qui, en dépit de l’obligation, de ne pas placer les affiches dans la zone visible; pour lui, le risque de la fermeture du local jusqu’à sept jours, est le plus concret!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *