La recherche en nanotechnologie est de plus en plus vers l’avant, de sorte qu’il peut être utile dans le diagnostic précoce des tumeurs. Pour le savoir, dès que possible, la présence d’une maladie, puis d’intervenir rapidement afin d’être en mesure d’éradiquer ou au moins ralentir les chercheurs travaillent assidûment. Il a été récemment financé une recherche qui va se développer au cours des prochaines années, les nanotechnologies sont utilisées comme méthodes de diagnostic précoce.

L’étude, financée avec 9 millions d’euros par l’Association italienne pour la Recherche sur le Cancer (AIRC), et par le Ministère de l’Éducation, des Universités et de la Recherche, sera menée par les chercheurs de Sissa, de l’Université de Trieste et d’un Centre de Référence pour l’Oncologie (Cro) de Aviano, seront également impliqués dans les scientifiques et les médecins de l’Hôpital Santa Maria della Misericordia, Université d’Udine, Synchrotron Elettra, Cnr-l’Oim (Acs). Tous ces savants y ont la tâche importante de la découverte des méthodes qui ne sont pas invasives et plus rapide pour le diagnostic précoce des tumeurs.

Le but de cette recherche est précisément d’améliorer les approches et les méthodes de diagnostic, les rendant simple, rapide et à faible coût. Le travail que devra effectuer chimiques, de médecins, de physiciens et de biologistes sera de créer des appareils capables de détecter des marqueurs du cancer (même si cela signifie la découverte d’une protéine spécifique qui peut le permettre), mais également de détecter, en temps réel, juste la bonne quantité de médicament présente dans un tissu, peut-être par le biais d’une simple goutte de sang, à l’aide de la nanotechnologie. Si les résultats sont ceux que tous les scientifiques s’attendre à ce que vous serez en mesure d’exécuter plus de que le diagnostic et le début des traitements aussi des protocoles et des thérapies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *