L’obésité est une alarme sociale, la charge du risque, qui doit être également indiqué comme une maladie, souvent graves, qui ouvre la porte à de nombreuses autres maladies comme le diabète, accident vasculaire cérébral, etc. Savoir que les médecins du degré de risque de l’obésité, mais aujourd’hui, même la communauté politique points de cette condition comme quelque chose de lutter efficacement par tout moyen et dirigée vers l’Italie pour le visage de la lutte contre l’excès de poids le bon cheval dans la bataille.

Le reste nous sommes en mesure de fournir des données détaillées de ce phénomène social pour être sérieux, si seulement vous pensez de la nouvelle reçue de l’O. M. S. qui indiquent que 50% de la population européenne totale chez les personnes obèses ou ceux qui sont en surpoids, les chiffres malheureusement destiné à aller dans un vertigineux, avec deux milliards et demi de personnes dans le monde, dans ces conditions, dans les prochaines années. Par conséquent, non seulement pour lutter contre le phénomène, mais aussi à prévenir l’obésité a la haute main sur les très jeunes, la Commission Européenne, par la main du Parlement européen, pose les grandes voix que les fabricants de denrées alimentaires d’indiquer clairement sur l’emballage d’un produit vendu avec la bonne quantité d’ingrédients qui entrent dans le produit mis sur le marché ainsi qu’une demande d’fabricants de l’avertissement pour indiquer la teneur en matières grasses, le sucre et le sel, y compris la sensibilisation du consommateur, pour connaître en détail le type d’aliments qu’ils achètent, et il peut les classer comme une haute teneur en énergie ou à faible valeur nutritionnelle. Ce qui, selon l’UE, auront à payer même la publicité avec des publicités qui chiarifichino tout.

Avec l’objectif de prévenir les maladies graves causées par l’obésité, l’Union Européenne demande également de la part des États membres, que l’éducation à la nutrition inclus dans les écoles, pris en charge par l’éducation physique, ainsi que le menu des cantines des écoles elles-mêmes qui doivent être contrôlés et, entre les aliments de la diète de la très jeune doit entrer plus largement les fruits, les légumes, les légumineuses.

Pour tous les autres plats, est fait de demander une réduction proportionnelle de l’portions remis aux invités. Ainsi que, en particulier dans les écoles, des distributeurs automatiques de collations à ne pas proposer des aliments qui sont riches en gras et en sucre. Enfin, il est nécessaire pour les écoles d’engagement pour ceux qui sont inscrits dans les 3 heures d’éducation physique par semaine.

Engagement similaire de la part de l’UE a été entrepris dans la réduction des acides gras trans considéré, si trop consommé, d’un risque grave pour la santé, en attente pour le risque de causer une grave maladie cardiaque et le métabolisme de ces substances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *