Le diabète, l’absence de sécrétion d’insuline, peut être attaché à la Maladie d’Alzheimer; il est peut-être trop tôt pour le dire, mais une recherche en ce sens, dirige l’étude de la démence et des troubles cognitifs chez les patients diabétiques, bien que les chercheurs admettent qu’il est prématuré d’établir un tel un tel un étroit lien de causalité entre les deux maladies.

À supposer que tout ce qu’ils pensaient les chercheurs de l’Université d’Uppsala en Suède, qui ont étudié les associations entre la sécrétion d’insuline et le métabolisme du glucose dans le moyen-âge et le développement ultérieur de la maladie d’Alzheimer et de la démence.

Une étude, le suédois longue et détaillée, vous avez seulement besoin de se rappeler qu’il a duré près de trente ans et qui a impliqué quelque chose comme 2.322 les participants autour de l’âge de 50 ans et où il est constaté que dans un espace de trois décennies, la Maladie d’Alzheimer a été diagnostiquée chez 102 patients, tandis que la démence liée à des déficits cognitifs sur la base de vasculaire a été l’apanage des 57 participants, alors que sur les 394 patients, il était question d’une simple cognitif.

Pourquoi les chercheurs viennent à l’observation qu’une altération de la sécrétion de l’insuline pourrait être liée au risque de la maladie d’Alzheimer? Parce que la suppression de tous les facteurs de risque du patient, tels que le tabagisme, l’hypertension artérielle, et la mise à la structure lipidique de la norme, il est resté élevé, l’incidence de la Maladie d’Alzheimer chez les patients qui ont montré un faible taux de réponse à l’insuline et, par conséquent, la diminution de la sécrétion d’insuline, l’intolérance au glucose et la résistance à l’insuline ont été associés à un risque accru de démence et de déficience cognitive, au point qu’on peut même spéculer qu’une diminution de la réponse de cette hormone chez les sujets d’âge moyen, même chez ceux qui ont récemment passé les 35 ans, peut conduire à une augmentation du risque de développer la Maladie d’Alzheimer.

( Xagena2008 )

Ronnemaa et al, Neurology 2008; 71:1065-1071

Neuro2008 Endo2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *