Les hommes et les femmes sont différents, en parlant des problèmes de couple. Pour le prouver, un travail de recherche mené par des chercheurs de l’Université de Missouri-Columbia. Dans le contexte de l’étude en question a été mis en évidence que, pour les hommes à parler de problèmes, c’est une vraie perte de temps.

Si les femmes croient dans l’intimité et la spontanéité en ce qui concerne les problèmes du couple, les hommes ne croient pas que parler de l’inconfort à l’intérieur de la paire est particulièrement utile. Une découverte intéressante, qui, dans une certaine mesure, ne fait rien pour infirmer ce que l’on croyait jusqu’à maintenant sur la réticence des hommes à exprimer leurs inquiétudes et préoccupations. À la base de ce comportement a été souvent vu dans les termes de la psychologie, de peur d’encourir l’embarras ou dans l’impression de paraître faible. En fait, il serait plutôt de ne pas croire à l’efficacité de l’externalisation des difficultés rencontrées.

Pourtant, les hommes souffrent plus dans la crise du couple. La différence dans ce type de comportement et a des effets différents. Il suffit de penser aux conséquences trouvé dans les relations de couple et dans la relation parents – enfants, également pour ce qui concerne les méthodes d’éducation à laquelle on a recours dans le cadre de l’enfance et de l’adolescence. Le point central de la question est représenté par le dialogue et par la manière dont il est conçu. Donner de l’attention à l’interaction réciproque signifie aussi essayer de trouver un point de rencontre dans l’expression des émotions, sachant d’une manière consciente des différences entre les comportements de l’homme et la femme en ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *