Encore deux italie qui est mesurée avec une paire de ciseaux encore trop large, qui traverse le Nord et le Sud dans le domaine de la Santé, dans le Nord, qui s’appuie sur un réseau de prévention efficace et que de plus en plus d’investissements dans les soins de santé et le Sud qui mord le frein, serrée dans l’étau des problèmes économiques qui vous empêche d’obtenir des ressources à la manière du nord, même là où il y a le potentiel pour y parvenir.

Une chose cependant, selon le Rapport Osservasalute en 2008, qui est une analyse en profondeur de l’état de santé de la population et de la qualité des soins de santé dans les Régions italiennes, a présenté aujourd’hui à l’hôpital Gemelli de Rome et publié par l’Observatoire National sur la Santé dans les Régions italiennes (basé à l’Université Catholique de Rome, et est coordonné par le professeur Walter Ricciardi) et est le résultat du travail de l’266 experts de la santé publique, est commun à toutes les régions de notre Pays; les mauvaises habitudes dans le domaine de la santé.

Ces mauvaises habitudes et styles de vie liés à une puissance est toujours moins que suffisant pour maintenir un bon état de santé, et que vous frapporrebbe efficacement contre des maladies graves comme le diabète, crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, et de l’obésité et de l’absence de mouvement physique qui fait beaucoup trop de sédentarité et le canapé de pommes de terre, au détriment du bien-être.

Dans le Rapport, cependant, de montrer du doigt, à propos de l’Italie, qui travaille dans le domaine médical pour les régions du Pays, principalement dans le Nord qui ont fait de la plupart des politiques de santé ils ont conféré et sont une façon, de manière, spécialisée dans la prévention que dans le traitement des maladies; et cela,d’ailleurs, se reflète positivement aussi sur les dépenses de soins de santé au cours de l’année de notre S. S. N., au contraire de l’Italie du Sud, où nous sommes encore loin de la réalisation de ces résultats.

Et, à cet égard, il est considéré comme bien d’examiner attentivement les faits, n’existe pas dans notre Pays deux italie différentes, mais de nombreux Italies qui inégale offrent différents services et, par-dessus tout, ils dépensent l’argent du contribuable dans un très inégale l’un de l’autre sans, hélas, plus de dépenses est égal à des services de meilleure qualité pour le citoyen.

Le reste il suffit de regarder les chiffres pour s’en rendre compte où nous mettons en évidence les différents coûts à partir d’une région à l’autre en termes de par habitant, qui sont en ces termes: par 1.581 d’euros en Calabre à 1.918 dans la région de Molise, jusqu’à 2 200 pour la Province Autonome de Bolzano. \"Intéressant – à-droit de travail note que, en dépit de toutes les dépenses par habitant augmente, signe d’un engagement continu au niveau national en matière d’investissement pour la santé des citoyens. Entre 2006 et 2007, les dépenses de santé par habitant a augmenté de 1.692 1.731 euro\".

Et que, dans le Nord de l’Italie, le secteur de la Santé doivent être bonne à témoin le fait que de plus en plus de suisses de passage de la frontière, et de faire la cure en Lombardie, une satisfaction pour ceux qui, au fil des ans, ont administré le public pour le meilleur dans un domaine aussi délicat que celui de la Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *