Le sida est une maladie qui est encore trop peur, surtout dans les Pays du sud du monde, mais pas seulement, et qui a son triste active d’un grand nombre de victimes: selon les données de l’ONUSIDA, le Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA, 33,4 millions de personnes dans le monde infectées par le Vih, de 15,7 chez les femmes, et de 2,1 enfants. Pour contrer cette pandémie est grave, il est possible de contribuer au projet “Arrêter le SIDA à la naissance”, avec juste un sms.

Des chiffres impressionnants, celles relatives aux cas de Vih dans le monde, qui décrivent une situation d’urgence, soulignant une véritable pandémie, loin d’être éradiquée dans le continent africain. En fait, les deux tiers des personnes infectées par le vih sont concentrés en Afrique subsaharienne. Cesvi est une organisation humanitaire en italie, qui depuis 2001 est engagée dans la lutte contre le Sida en Afrique sub-saharienne, avec le projet “Stop Sida à la naissance”: à travers les sms de solidarité 45509, active du 27 novembre au 19 décembre, il est possible de contribuer à la cause en faisant un don de 2 euros par appel depuis le réseau fixe, au lieu de cela, vous pouvez faire un don de 5 ou 10 euros. Sms de soutien, mais pas seulement, afin de renouveler son engagement dans le sud du monde, mais aussi des initiatives de sensibilisation et d’information menées en Italie, Cesvi, le 1er décembre, à l’occasion de la journée de lutte contre le Sida dans le monde, il lance le Virus de la Journée Libre, pour la troisième année consécutive, a été parrainé par le Ministère de la Jeunesse.

29 novembre, à Rome, sera le théâtre d’une importante réunion, qui mettra en vedette 200 jeunes italiens, zimbabwani et vietnamien impliqué dans un virtuel de jumelage sur le site www.virusfreeday.org. De partage, de réflexion et de comparaison, à travers des photos, de la poésie, mais aussi une vidéo commerciale filmé avec le téléphone mobile, qui deviendra un des moyens privilégiés pour partager des informations et des impressions sur le thème du Vih.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *